07 septembre 2005

Y'a de la rumba dans l'air !

Du lever au coucher, cette journée aura été placée sous le signe de la castagne et des deux pieds dans la zut. Bon, je ne vais pas vous refaire le coup du réveil catastrophe à 8h15 pour partir à 8h20, c'est un classique chez nous. De même, je vous épargnerai les efforts surhumains qu'il m'a fallu déployer pour ne pas choper l'emplâtre qui me sert de fils par le revers du pyjama et lui décoller la pulpe du fond du caleçon pour qu'il s'enfile vite fait son cacao sans le répendre sur la table et qu'il bouge ses petites fesses plus vite qu'un limaçon sous bromazépam et qu'il saute dans ses fringues. Non, non, vous m'accuseriez de vous raconter sans cesse la même histoire.
C'est pour la même raison que je vous passerai les douze aller-retours et demi dans les escaliers parce que j'avais oublié mon portable dans un premier temps, mes clés de voiture dans un second, mon badge ensuite et tout à la fin mon portable, que j'étais sûre d'avoir laissé sur la table basse en tentant de récupérer le sac d'école de Monstrux sous le canapé, pour me rendre compte à mi chemin que je l'avais dans la main.
Non, je vais commencer le résumé de cette fête du Grand Merdier par la première baston.
Je largue le Nathasamère au bagne pile au son de la cloche de rentrée, soulagée de ne pas avoir, pour une fois, à supplier Cerbère (l'instit' de garde à la grille) de nous déverrouiller sa porte des Enfers. Nath, que j'ai stressé depuis le réveil pour qu'il mette le turbo, m'embrasse dans le vide et file comme un gardon en omettant de dire bonjour dans les règles au geôlier en chef. La grosse garce, rapide comme l'éclair et outrée de ce manque de considération, le chope au vol par la capuche et je peux entendre le misérable glouirg émit par mon fiston, dont la course et la respiration sont stoppées tout net. Bon, autant vous le dire tout de suite, je ne lui ai pas pété la tête, mais c'est uniquement parce que c'est contre ma religion. En revanche, je n'ai pas tendu la joue gauche de mon fils. J'ai saisi la grosse par sa jupe plissée et je l'ai traînée chez le Directeur où j'ai mis une souk, mes amis, on serait cru à la criée du Vieux Port.

Quand j'ai eu fini de dézinguer la vermine de l'Education Nationale, j'ai tenté d'assassiner les milliers d'automobilistes qui se massaient sur mon chemin. Je me souviens d'une en particulier, à qui j'ai appris un peu rudement le bon usage du clignotant en agglomération. Elle pensera sans doute à moi à chaque intersection, désormais.

En arrivant au bureau, j'avais tellement grogné, beuglé, juré, insulté et couiné, que quand j'ai dit bonjour aux collègues ma voix avait des relents de fourchette sur l'arcopal.
A la machine à café et alors que mon taux d'adrénaline le disputait à ma tension artérielle, j'ai dû m'enfoncer profondément les ongles dans la paume de la main pour ne pas éclater la vitre du distributeur Selecta avec la tête de Sandrine. Je me suis dit finalement que le pauvre distributeur ne méritait pas un tel traitement et qu'après, il faudrait bouffer tout le chocolat qu'il contenait et que ça, mon régime ne le supporterait pas.
Dans la matinée, j'ai allumé un petit con de manager du Marketing, qui insultait sa secrétaire au beau milieu de l'open space. Soit, la pauvre fille n'est pas réputée pour la fulgurance de son jugement, mais la traiter d'abrutie de blonde de merde devant tout le monde justifiait à mes yeux qu'il essuie la beuglante du siècle. Et tout l'étage en a profité.
Au déjeuner, la caissière de la cantine a refusé de me compter le menu à 2€ parce que j'avais remplacé le yaourt aux fraises par un yaourt nature. J'ai bien essayé de lui faire entendre raison, d'abord avec une pointe d'humour, puis en me fâchant, en vain. Le temps de parlementer, la queue derrière moi atteignait les 20 mètres. Je suis donc allée chercher un yaourt au fraises, l'ai décapsulé et écrasé sur son comptoir. Je n'ai pas mangé de dessert, mais pinaise, c'était bon !!
Au staff meeting, alors qu'en général je laisse mon équipe somnoler gentiment, il m'a pris l'envie de les secouer tous par les pieds pour en faire sortir les idées. J'ai sifflé dans mes doigts comme un charretier pour réveiller ce gros tas de larves ; Kim en est tombée de sa chaise. Depuis, elle m'évite comme si j'étais entourée d'un champs de force.

Le père du Nathasamère a constitué ma dernière et meilleure victime. J'avais laissé passer quelques sujets de frittage ces derniers jours, mais je me suis bien rattrappée ce soir, après un énième provocation (il faut bien l'avouer, un truc mineur dont je ne me souviens même plus). D'habitude combatif, il n'a pas moufté devant le déferlement de ma rogne. Quand j'ai eu fini, j'avais l'impression d'avoir vengé des années d'ingestion de couleuvres.

Et puis voilà, ce soir, Nath s'est allongé sur le canapé, la tête sur mes genoux et j'ai laissé gentiment retomber la vague de bile qui m'avait submergée ce matin. On a lu un Pomme d'Api, fait des jeux de mots foireux et ricané comme des nouilles.
Maintenant j'ai du mal à comprendre quel démon m'a agitée toute la journée...

Allez, sans rancune et des bises

Marie

Posté par mapril à 00:11 - - Commentaires [14] - Permalien [#]


Commentaires sur Y'a de la rumba dans l'air !

  • Rhagnagnas

    Posté par barnabé, 07 septembre 2005 à 11:36 | | Répondre
  • Mais euuuuuuh ?!
    Pourquoi le commentaire de Barnabé et pas les deux que j'ai postés ce matin ?!
    Soit canalblog part en quenouille (ou qqchose qui rime avec), soit tu me fais la gueule !
    La contrariété m'étouffe.

    Posté par Ian, 07 septembre 2005 à 14:17 | | Répondre
  • Mon coeur, tu as dû appuyer sur le mauvais bouton 2 fois de suite, parce ce que je n'ai rien touché du tout ! Parano, va...

    Posté par Marie, 07 septembre 2005 à 14:19 | | Répondre
  • Bah non, celui-ci est passé.
    Alors ce matin, je disais pour l'essentiel :
    "le démon de 8h les jours d'école".
    En parlant du démon, bien sur.
    Un jeu de mots subtil faisant élégamment référence au démon de la pause de midi qui sévit en juillet.
    A ne pas confondre avec le démon de midi qui est au abonnés absents ces jours-ci, et à celui de minuit qui cuve les barrils de bière de la Milousette.
    Il faut suivre !

    Posté par Ian, 07 septembre 2005 à 14:20 | | Répondre
  • Nan, je crois que Canalblog cuvait sa bière ce matin (vers 7h).
    (C'est plus un blog, c'est un chat)

    Posté par Ian, 07 septembre 2005 à 14:21 | | Répondre
  • D'un côté, ça fait peur. De l'autre mon ratio poids/taille me met un peu à l'abri. Mais tout de même.

    Posté par zeugme, 07 septembre 2005 à 16:11 | | Répondre
  • Tu as pensé à détacher ton secrétaire du radiateur avant de partir ?
    Et à lui rendre son pantalon ?

    Posté par Ataraxie, 07 septembre 2005 à 17:55 | | Répondre
  • Le secrétaire ? il a survécu, celui-là ?

    Posté par Ian, 07 septembre 2005 à 18:27 | | Répondre
  • ça-y-est ? On a pris son cachet ? On peut rentrer dans la chambre d'isolement pour parler un peu ?
    Làààà. Tout doux, tout doux.

    Posté par Milousette, 08 septembre 2005 à 17:44 | | Répondre
  • Ca fait du bien !

    Ca fonctionne un peu comme une soupape de sécurité en fait, pour éviter de passer direct en mode *serial killer*.
    C'est comme quand je rêve que je dessoude plein de gens, ça m'évite de le faire en vrai quand je suis réveillé (enfin c'est c'que disent les psys).
    Par contre, quand tu parles du boulot, je me demande si tu n'as pas un quelconque lien de parenté avec le sergent Hartmann (Full Metal Jacket).
    Et puis faut pas traiter le Nathasamère d'emplâtre, il risque de faire des complexes.

    Bonne soirée.

    Posté par philippe, 08 septembre 2005 à 18:44 | | Répondre
  • Zeugme : oué, petite, mais costaude !
    Ataraxie : non et la clé est pendue sur une chaine, cachée entre mes seins. Celui qui la veut devra venir la chercher...
    Ian : Rrrrrrrr... le secrétaire...
    Milousette : 'peux pas bouger, le petit gilet qui ferme dans le dos m'empêche d'avancer !
    Philippe : Le Nathasamère, y'm'cherche, aussi, à faire le molasson uand on est à la bourre. Mais il m'aime quand même, hein : il veut se marier avec moi !

    Posté par Marie, 08 septembre 2005 à 19:19 | | Répondre
  • Le Nathasamère ne te cherche pas, il cherche seulement à retarder le moment fatidique où il va devoir te quitter et partir pour Biribi !

    Posté par philippe, 08 septembre 2005 à 22:58 | | Répondre
  • Mais, quand tu es dans cet état, est-ce que tu arbores un gyrophare pour que les autres fassent gaffe ou est-ce que tu arbore la même allure sémillante que d’habitude pour piéger le chaland?

    Posté par TigerHole, 09 septembre 2005 à 14:14 | | Répondre
  • Marihulk

    Hmmm... une créature d'apparence normale, policée, insouçonnable... mais qui se métamorphose en chose pleine de hargne et de colère... Dites-moi, chère patiente, dans ces moments-là, votre force musculaire est-elle démultipliée et votre peau verte devenue ? Hmmmmm.... messieurs, Hulk n'est pas un personnage imaginaire !!

    Posté par Groumpf !, 10 septembre 2005 à 17:20 | | Répondre
Nouveau commentaire