30 juillet 2005

Mum's back on the track

On a fait des bonds en se tenant les mains et on a rit HAHAHAHA, tête renversée et bouche bée. Puis, on a fabriqué une pizza géante qui ne tenait même pas dans le four, mais on ne l'a pas mangée parce que pendant qu'elle cuisait, on s'est gavés de smarties.Bon, c'est sûr, il a fallu téléphoner à tout le monde pour dire que oui oui, tout va bien, il est là maintenant, la paire est reformée, on oublie qu'il est jamais parti.Après, on a regardé deux fois d'affilée le dévédé de Tom et Jerry, juste pour insulter cette purée de souris qui... [Lire la suite]
Posté par mapril à 22:25 - - Commentaires [18] - Permalien [#]

27 juillet 2005

Reconversion

Alors, ça va mieux, merci.Mais je jure devant Dieu et Sa Sainte Garde que si on m'impose encore dans la même journée un contrôle d'identité effectué par un flic bègue, moustachu et sentant l'ail juste après le petit-déjeuner, une réunion de département dans le seul bâtiment non-climatisé du site à l'heure la plus chaude de la journée, l'annonce de la démission de R. qui passe à l'ennemi, le talon de mes escarpins fétiches qui foire sur le marbre de la Direction Générale et se fend par le milieu, les emmerdes de fric de l'hôte de ma... [Lire la suite]
Posté par mapril à 23:38 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
25 juillet 2005

Ouh, qué sale bête !

J'ai incité Sandrine à écrire des grossièretés sur le tableau blanc du chef suprême, alors que j'avais remplacé les feutres effaçables à sec par des marqueurs permanents.J'ai volé un papier à en-tête des ressources humaines pour envoyer un faux courrier à Jeanne, qui passe des plombes en coups de fils perso, lui indiquant qu'elle était redevable d'une note de téléphone d'un montant astronomique et que cette somme serait déduite de son prochain salaire.Je n'ai pas dit à Fathia que sa serviette hygiénique, sous son pantalon moulant, se... [Lire la suite]
Posté par mapril à 16:57 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
21 juillet 2005

Uncle Robert et Auntie Judith

Ça y est ; comme tous les ans à la même époque, il débarquent de Toronto et, comme tous les ans à la même époque, c'est moi qui m'y colle pour aller les chercher à Roissy et les déposer à leur hôtel. Ils descendent toujours au Royal Saint-Honoré, à quelques pas du Louvre où Tante Judith passe le plus clair de ses journées d'été.Bien sur, leur avion a été retardé de plus de 3 heures. C'est rituel : j'arrive avec une demi-heure d'avance pour être sure qu'ils ne poireauteront pas (ils détestent poireauter) et leur avion est... [Lire la suite]
Posté par mapril à 12:30 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
19 juillet 2005

Cocktail

Quand, dans un shaker, on mélange un soleil de plomb sur une peau de rousse, beaucoup d'alcool, des tonnes de chocolat, beaucoup d'alcool, une énorme pizza aux pepperoni, un joli petit anglais qui fait la grève du rasoir, beaucoup d'alcool, très peu de sommeil, un beau-frère ivre qui vous maintient la tête dans le gazon sous prétexte de vous faire mourir de chatouilles, beaucoup d'alcool et un démaquillage plus qu'aléatoire pendant 5 jours, on obtient un cocktail détonnant : ma tête ce matin dans le miroir. Entre les boutons et les... [Lire la suite]
Posté par mapril à 12:08 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
12 juillet 2005

Blast from the past

Entrée de plein pied dans la phase du mois intitulée "au-point-où-j'en-suis-autant-être-à-découvert-pour-quelque-chose" (c'est, pour les curieux, celle qui vient juste après "quand-je-pense-qu'il-va-falloir-tenir-quatre-semaines-avec-cette-misère" et juste avant "dix-ans-de-ma-vie-pour-qu'ils-virent-ma-paye-une-deuxième-fois-par-erreur-c'est-au-moins-ce-qu'il-faudrait-pour-combler-le-trou"), j'avais traîné Marion là ce midi, histoire de faire jouer, entre mon compte en banque et mon moral, les vases... [Lire la suite]
Posté par mapril à 15:51 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

09 juillet 2005

Changement de point de vue

Début juillet, ils se donnaient rendez-vous à mi-chemin, sur le parking d'un restaurant, pour l'échange annuel des enfants.Pendant des années, j'ai vu le sourire tremblant de ma mère, bras ballants, s'éloigner par la lunette arrière de la voiture. Premier jour des vacances, la peur panique de ma soeur à mes côtés, lutter contre mes larmes et imaginer celles de maman, le front appuyé sur son volant.Pendant des années, j'ai attendu que ce temps passe, où je ne dépendrais plus d'un calendrier fixé en audience. 31 jours de juillet à... [Lire la suite]
Posté par mapril à 21:56 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
06 juillet 2005

Meutre de chambre close

Elle m'a réveillée en sursaut à quatre heures du matin. Elle tambourinait aux carreaux de ma chambre à grands coups de poings. J'ai fait mine de ne rien entendre et n'ai pas bougé d'un pouce. Ça l'a rendue furieuse ; elle a foncé sur le lit, hurlant dans mes oreilles, frappant mon front, mes joues et le gras de mes bras. J'ai remonté mon drap jusqu'au menton et plaqué mon oreiller sur ma tête, espérant qu'elle se découragerait et me laisserait finir ma nuit. C'était sans compter la pugnacité de cette méchante.Pendant 20 minutes, je... [Lire la suite]
Posté par mapril à 17:27 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
04 juillet 2005

Les juillettistes

Bon, voilà, c'est parti pour une autre saloperie de mois de juillet.L'année dernière, pour m'éviter de devenir coconut, Marion et moi avons joué à tout un tas de petits jeux abrutis, concoctés par nos esprits malades.Par exemple, pendant la pause déjeuner, on allait se garer sur le bord de la nationale, lunettes de soleil sur le nez et on visait les voitures qui passaient avec un sèche-cheveux. Juste voir la tête incrédule des conducteurs nous faisait littéralement pisser de rire.On a aussi harcelé le chef de l'Audit Interne en... [Lire la suite]
Posté par mapril à 23:12 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
03 juillet 2005

Alles hat ein Ende nur die Wurst hat zwei...

Ils devaient se douter que je n'y allais pas pour leur chanter des berceuses, alors ils m'ont organisé un séjour de prince arabe.Une limousine m'attendait à l'aéroport, avec option chauffeur à casquette et vitres fumées. Je m'y suis mollement laissée conduire jusqu'à l'hôtel, lascive sur le cuir épais de la banquette arrière. Là, tout un tas de larbins endimanchés se sont battus, qui pour porter mes bagages, qui pour me conduire jusqu'à ma suite, qui pour arranger les fleurs sur le guéridon. Je ne sais pas ce qu'on leur avait raconté,... [Lire la suite]
Posté par mapril à 01:46 - Commentaires [13] - Permalien [#]