05 janvier 2005

C'est le premier pas qui coûte

La tendance est au nombrilisme. Ca tombe bien, c'est moi qui ai inventé le concept. Plus égocentrique, tu meurs (en te regardant dans le miroir, bien sûr !)

Alors quand j'ai réalisé, lors de ma session de bilan de l'année écoulée, que je l'avais passée quasi intégralement à épuiser mon entourage à force de lamentations, d'auto-analyses et de refaisages du monde, il m'a fallu prendre des mesures drastiques. J'ai donc décidé d'epargner les miens en 2005 et de diriger ma pollution psycho-affectivo-intellectuelle vers.... le web !

Présentations d'usage : Marie, 30 ans, mére fraîchement (presque) divorcée d'un petit chouchou de 4 ans et demi (il tient au demi, je lui dois bien ça !), esclave plus ou moins consentante d'une grande entreprise américaine de loisirs en région parisienne et adepte de la fluoxétine (c'est pas reluisant, mais ça vaut mieux que l'hospitalisation d'office pour refus de sortir de son lit !)

J'ai une soeur de 2 ans et demi ma cadette (elle tient au demi, je lui dois bien ça !) qui se dispute le rôle de prunelle de mes yeux avec (outre mon fiston, la question ne se pose même pas) sa petite Madeleine, adorable petit bout de 4 mois et demi (pffff, humour de répétition...). J'ai 3 autres petites soeurs (ah, ah, ah, des demi soeurs), fabriquées sur le tard par mon papa et sa seconde épouse et agées respectivement de 7 ans et demi, 3 ans et demi et 1 an et demi (si vous croyez que je le fais exprès, détrompez-vous et reposez-moi la question dans 6 mois).

J'ai décidé au mois de novembre 2003 de quitter le père de mon fils après quelques semaines d'hésitation, quelques mois d'enfer et plusieurs années à avaler toutes les couleuvres possibles et imaginables. Bien fait pour moi, je n'ai écouté que mes tripes et mes hormones quand on s'est rencontrés en 96. Il avait 15 ans de plus que moi, deux enfants d'une première union plus que ratée et je sortais tout juste de l'adolescence. Passons les détails, on n'est pas chez Freud. Le résultat est là, j'ai pris une baffe de trop, je me retrouve avec une demi maternité (et là, je ne me marre plus, je parle de garde alternée), un appartement complétement vide que je partage avec moi-même (ça n'arrange pas ma tendance à parler toute seule) et des frais d'avocat tels, que je me demande si je ne vais pas exiger des parts dans le cabinet.

Sinon, tout n'est pas complétement négatif. C'est l'année de mes 30 ans et je me suis juré que ce serait "the year of my life". Alors accrochez-vous à vos slips, ça va décoiffer (aucun lien de cause à effet avec le slip, c'est juste une façon de parler)

Des questions ?

Posté par mapril à 13:26 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur C'est le premier pas qui coûte

  • http://www.doctissimo.fr/medicament-FLUOXETINE.htm .. se mélange très mal avec l'alcool. Mon côté insurmontablement moralisateur. Qui prouve que je n'ai pas de morale, ayant déjà outrepassé ma non-promesse de ne pas re-commenter immédiatement.

    Posté par zeugme, 02 février 2005 à 06:55 | | Répondre
  • Je vous délivre avec plaisir de votre non-promesse et vous autorise gracieusement à commenter et moraliser tout votre saoul. Si, si, j'insiste, c'est bon pour ma santé (meilleur que le mélange fluoxétine-jaja)

    Posté par Marie, 02 février 2005 à 09:36 | | Répondre
Nouveau commentaire